Fatigue, manque de condition physique, essoufflement : tels sont les principaux symptômes de la maladie désignée sous le nom d’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP). Une maladie rare et difficile à diagnostiquer.

Comment apparaît l’hypertension pulmonaire?

L’oxygène de l’air est absorbé dans le sang au niveau des poumons. Les veines pulmonaires transportent le sang riche en oxygène des poumons vers le cœur, d’où il est amené à l’ensemble de l’organisme via l’aorte. Lorsque les vaisseaux sanguins des poumons sont endommagés, comme c’est le cas lors d’une hypertension artérielle pulmonaire, cela engendre un épaississement et un durcissement des parois des vaisseaux pulmonaires et cela peut provoquer des anomalies de la paroi vasculaire. Cela a pour conséquence que la pression au niveau des artères pulmonaires augmente. Lorsque la pression (tension) dans les vaisseaux sanguins des poumons dépasse une certaine valeur, on parle d’hypertension artérielle pulmonaire.

« Vivre avec l’hypertension pulmonaire, c’est comme rouler dans une voiture qui ne peut pas dépasser la vitesse de 10 km/h »

L’hypertension artérielle pulmonaire est une maladie qui se manifeste plus particulièrement au niveau des poumons. Les patients atteints d’hypertension artérielle pulmonaire sont en manque d’oxygène, mais toute personne qui vient de faire une grosse grippe présente également ces symptômes. C’est ce qui rend la maladie difficile à diagnostiquer. Le dépistage peut être posé par le biais d’une échocardiographie du coeur droit et le diagnostic est confirmé par un cathétérisme cardiaque, qui permet de mesurer la pression réelle au niveau de l’artère pulmonaire.