Logo
Logo
Open menu
Close menu

Wendy

Les témoignages de personnes comme moi

Wendy
Wendy
Wendy


« DITES D’EMBLÉE À VOTRE COIFFEUR QUE VOUS SOUFFREZ DE PSORIASIS »

Rien ne permettrait de penser que la charmante femme qui nous accueille avec un large sourire est confrontée au psoriasis depuis son adolescence. Aujourd’hui, ses symptômes sont sous contrôle et Wendy est réputée, en tant que coiffeuse, pour le professionnalisme avec lequel elle traite les problèmes de cuir chevelu et de psoriasis. Résultat : lorsqu’ils quittent son salon, les clients se sentent bien. Avec, en prime, des conseils pour des cheveux plus beaux et sains, ainsi qu’un regain de confiance en eux.

« J’avais seize ans quand les premières plaques sont apparues. C’était d’autant plus difficile que je venais de commencer à travailler comme coiffeuse... J’ai souvent pleuré dans la salle de bains, » se souvient Wendy. On ne se moquait pas vraiment d’elle, mais elle avait honte de ses plaques. « J’essayais de les cacher en portant des manches longues et des vêtements longs avec un col montant. Pour mon travail, c’était vraiment très gênant. » Comme son père souffrait également de psoriasis, elle a rapidement consulté un dermatologue. Il lui a prescrit de la luminothérapie. « Ce traitement a été très efficace. En plus, cela donne aussi un beau teint hâlé, ce qui m’a aidée à avoir plus de confiance en moi. Et ça m’a rendu espoir. » Pendant plusieurs années, elle a réussi, avec plus ou moins de succès, à contrôler les poussées. Mais à l’âge de 30 ans, elle a commencé à souffrir aussi de douleurs articulaires. Après de longues et nombreuses recherches, elle est arrivée chez un rhumatologue il y a trois ans, et celui-ci a diagnostiqué une arthrite psoriasique. « Je pensais que cela ne touchait que les personnes âgées, mais ce n’est pas le cas. Le diagnostic a été une révélation et le médecin m’a vraiment aidée. C’était un soulagement, car la douleur me réveillait très souvent la nuit. Maintenant, j’ai le traitement approprié et ça va beaucoup mieux. » Non seulement son travail est plus facile, mais elle peut aussi refaire du sport, ce qui lui procure une grande satisfaction tout en l’aidant à maintenir un mode de vie sain et actif. Car cela a aussi un impact sur les symptômes, comme l’a découvert Wendy qui aime fréquenter la salle de fitness plusieurs fois par semaine. « Il s’agit de prendre soin de soi, tout simplement, » dit-elle. « À l’intérieur comme à l’extérieur, bien sûr, car c’est bon pour le moral. »

Son propre salon

Ce souci de l’apparence - tant la sienne que celle de ses clients -, Wendy le met tous les jours en pratique. Depuis 2016, elle possède son propre salon où elle accueille les dames, les hommes et les enfants pour un shampooing, une coupe ou une couleur. « Peu après avoir acheté cette maison avec mon compagnon, j’ai décidé d’y installer mon salon de coiffure. Depuis, j’ai acquis une clientèle très fidèle : les gens ne viennent pas seulement du quartier mais de partout, et je coiffe certaines personnes depuis plus de vingt ans. » Près d’un tiers de ses clients ont des problèmes capillaires. « Je vois toutes sortes de complications : cheveux gras, psoriasis, cancer, problèmes de cuir chevelu. Cela fait partie du métier et c’est à vous d’en discuter avec les clients, car lorsqu’ils viennent chez le coiffeur, c’est pour se sentir beaux. » Et lorsque Wendy identifie un problème, elle n’hésite pas à en parler. « Il m’est déjà arrivé de conseiller à quelqu’un d’aller voir un dermatologue, car on ne peut pas laisser le psoriasis sans traitement. »

« Il s’agit de prendre soin de soi, tout simplement. À l’intérieur comme à l’extérieur, bien sûr, car c’est bon pour le moral. »

Bien dans sa peau

D’expérience, Wendy sait également qu’on met les gens plus à l’aise en nommant les choses plutôt qu’en les passant sous silence. « Cela change l’approche. Je conseille d’ailleurs aux personnes atteintes de psoriasis de le signaler d’emblée à leur coiffeur, en précisant que ce n’est pas contagieux. Et j’insiste aussi auprès des coiffeurs : s’ils constatent le problème, il faut qu’ils en parlent, au lieu de l’ignorer. » Bien sûr, la façon de s’exprimer est importante. « Il faut mettre les gens à l’aise, en douceur. Personne n’a choisi d’avoir du psoriasis. Et en vieillissant, je réalise que tout le monde a ses problèmes. Vu de l’extérieur, tout semble toujours parfait, comme sur les réseaux sociaux par exemple. Mais là, personne ne partage ses doutes ou ses imperfections, et on ne sait pas ce qui se cache derrière cette image parfaite. »

« Comme le veut le cliché, les coiffeurs sont aussi des psychologues, » poursuit- elle. « C’est un aspect que j’apprécie, et peut-être qu’à cause de mon psoriasis, il m’est plus facile de faire preuve d’empathie. Je veux vraiment offrir aux gens une écoute attentive. Et cela me fait du bien aussi. » Aujourd’hui, Wendy - qui est aussi membre de l’association de patients en Flandre - se sent très bien dans sa peau. On peut prendre cette expression au pied de la lettre : « Mes valeurs inflammatoires ont chuté et sont presque nulles, » dit-elle. Mais elle est aussi bien dans sa peau au sens figuré: « J’ai appris qu’en fait, nous cachons nos limites aux autres. Et un jour, j’ai décidé de ne plus le faire. On ne nous a donné qu’un seul corps, mais ceux qui sont beaux n’ont aucune raison de se sentir mieux. Ce qui ne veut pas dire que l’apparence n’a pas d’importance, » conclut-elle avec coquetterie. « C’est probablement un grand atout d’avoir une bonne dose de fierté. Tout comme du courage et de l’audace. Il faut tout essayer dans la vie et ne pas regretter ce que l’on fait, pour ne pas devoir se soucier de ce que l’on n’a pas fait. »

Les témoignages pertinents

Logo